Jeunes Critiques d’Art | POURVU QU’IELS SOIENT DOUXCES

Dans le cadre du collectif Jeunes Critiques d’Art, je participe régulièrement au podcast Pourvu qu’iels soient douxces produit et accompagné par PROJETS média qui propose une conversation autour de l’actualité des expositions et des grandes questions du monde de l’art contemporain.

ÉPISODE 23
 
 
Exposition : Josèfa Ntjam à la Fondation Pernod Ricard à Paris, commissariat par Mawena Yehouessi.
Débat : Les émotions sont-elles toutes admises dans les salles d’exposition ?
 

Extrait du débat :

“Une de mes passions dans la vie, c’est les dictionnaires. Je suis donc allé voir la définition d’émouvoir donnée par le dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey. “Émouvoir” vient du latin classique emovere, remué, ébranlé du latin populaire, ex movere “mettre en mouvement”. C’est au XIIᵉ siècle qu’apparaît le sens que l’on connaît aujourd’hui de troubler, porter certains sentiments. Au XIIIᵉ siècle, on lui donne un autre sens, aujourd’hui tombé en désuétude, mais qui nous concerne sans doute. Émouvoir veut alors dire faire sortir du calme, pousser au soulèvement en tant que critique et plus largement en tant que visiteureuse d’exposition. Sommes-nous à la recherche d’une émotion quand nous regardons les œuvres agencées dans l’espace par un ou une curateurice ? Sommes-nous là pour être émus, remués, ébranlés, mis en mouvement ? Sommes-nous tous en quête du syndrome de Stendhal ? Cette manifestation physique qui provoque vertiges, palpitations, suffocations, voire même parfois hallucinations quand on est frappé par la beauté d’une œuvre, Vous ici présente. Est-ce que vous attendez d’une exposition qu’elle soit un lieu propice au syndrome de Stendhal ? Un cours magistral qui distingue la raison et la passion, un moment de divertissement léger ou une antichambre de la révolution. Entre colère, rire, émerveillement et apathie, nous allons évoquer ce que les expositions remuent ou non en nous.”

Avec Camille Bardin, Luce Cocquerelle-Giorgi, Mathilde Leïchlé & Meryam Benbachir.

ÉPISODE 21
 
 
Débat : Le collectif est-il la solution à tous les maux ?
Exposition : « Comment se raconter » au FRAC Lorraine à Metz.

Extrait du débat :

“Tout est chaos. Nous sommes une génération désenchantée. Nous sommes une foule sentimentale, à la soif d’idéal, attirée par les étoiles, les voiles, que des choses pas commerciales. Nous sommes… Ok j’arrête. [rire] Je voudrais juste ajouter que, chacun/chacune, nous cherchons une âme qui pourra nous aider. Dans un monde, et un milieu en particulier, où la compétition est la règle, où les égos caracolent aux sommets, comment déjouer ce qui nous fait perdre le sens et/ou la passion ?Comment retrouver du lien, de la solidarité ? Si le collectif a toujours fait partie du monde de l’art, des processus de création aux réseaux de pensées, il n’a pas toujours, loin de là, été visibilisé. Ces dernières années, on remarque une affirmation des pratiques communes, du besoin de faire équipe face à l’adversité mais aussi de se rassembler pour créer autrement, mieux peut-être, que ce soit dans la forme par la multiplication des points de vue, par la rencontre des savoir-faire, ou dans le fond, par la mise en place de pratiques horizontales et d’éthiques solidaires.”

Avec Camille Bardin, Tania Hautin-Trémolières, Samy Lagrange & Mathilde Leïchlé.

ÉPISODE 19
 
 
Exposition : « Des cheveux et des poils » au MAD Paris.
Débat : Les artistes appartiennent-iels aux critiques ?
 
Extrait du débat :
 

“Ces heures de travail et aussi les relations humaines intellectuelles qui en découlent, on peut se demander si elles accordent aux critiques une sorte de primeur à parler de ces artistes, ces artistes qu’on accompagne. Et primeur, en fait, dont les répercussions sont loin d’être uniquement symboliques, puisqu’on parle de reconnaissance, de salaire effectif et cette capacité à créer cet espace à soi, dans une profession précarisée et par là, super concurrentielle.”

Avec Camille Bardin, Samuel Belfond, Mathilde Leïchlé & Grégoire Prangé.

ÉPISODE 15

Exposition : Regard croisé sur la Foire Foraine d’Art Contemporain au 104 à Paris et l’exposition Barbe à Papa au CAPC à Bordeaux.

Débat : La place de nos corps dans l’art.

Comment mettons-nous nos corps en mouvement dans les expositions ? Quelles sont nos interactions avec les œuvres ? Quels sens sont sollicités ? Sommes-nous en quête d’immersion ?

Avec Camille Bardin, Samy Lagrange, Henri Guette & Mathilde Leïchlé.

ÉPISODE 14

Exposition : Cyprien Gaillard au Palais de Tokyo & à Lafayette Anticipation.

Débat : L’écriture comme travail.

Extrait du débat :

“Dans le monde de l’art, nous sommes nombreuxses à écrire – pour nos études, pour des galeries ou des musées, pour des artistes, pour des prix et des mécènes. Le travail d’écriture d’un ou d’une critique d’art oscille entre la description, l’analyse et, peut-être parfois peut-être toujours, la fiction. Au sein de Jeunes Critiques d’Art, quand on écrit, quelles sont nos manies, nos marottes stylistiques, nos effets un peu trop préférés ? Comment éviter les automatismes ? Quels sont nos rituels pour nous mettre au travail ? Comment on fait quand on bloque ? Quelle limite est-ce qu’on trace entre écrire sur ce qu’on aime et écrire pour gagner sa vie ? Est-ce que c’est la même écriture dans les deux cas ? Comment nous vient l’inspiration, est-ce que c’est un foudroiement ou longue gestation ? Pour écrire, est-ce qu’on lit, est-ce qu’on écoute de la musique, est-ce qu’on va voir un.e psy ? Bref, on va parler bidouillage et envolées lyriques. On va parler, concrètement, de ce que c’est pour nous l’écriture comme travail.”

Avec Camille Bardin, Samy Lagrange, Claire Luna & Mathilde Leïchlé.

ÉPISODE 11

Après avoir parlé de précarité, de violences sexuelles et sexistes ou encore de la place de nos luttes au sein des institutions, on s’est dit qu’il était peut-être temps d’aborder un sujet un peu plus tranquille. Dans cet épisode de Pourvu Qu’iels Soient Douxces on a donc décidé de centrer notre débat autour de la notion de plaisir. En tant qu’artiste, critique, commissaire, travailleureuses du monde de l’art de manière générale, la culture peut-elle encore être un plaisir ? Est-ce encore un kiffe de faire des expositions ou cela ne relève-t-il désormais que de la seule contrainte professionnelle ? C’est le débat qu’on a choisi d’avoir ! Mais avant cela, Mathilde Leïchlé, Samy Lagrange, Henri Guette et Camille Bardin ont voulu consacrer les vingt premières minutes de l’épisode à parler de l’exposition de l’artiste Xinyi Cheng à Lafayette Anticipation

 

ÉPISODE 10

Dans ce nouvel épisode de Pourvu qu’iels soient douxces, les membres de Jeunes Critiques d’Art ont voulu échanger autour de la saison Urbain.es proposée par la Condition Publique de Roubaix qui souhaite interroger le genre dans l’espace public.

Cette question du genre et des féminismes les ont ensuite amenée à s’interroger sur la pertinence d’exposer les luttes intersectionnelles. Les expositions sont-elles des moments de respiration, des lieux d’utopie dans l’institution où viennent s’épanouir les créations les plus libres, les discours les plus décomplexés ? Ou bien sont-elles des machines stabilisatrices, normatives et homogénéisantes qui digèrent et dépouillent ce que les luttes ont de plus complexe et nécessaire ?

Avec Mathilde Leïchlé, Samy Lagrange, Samuel Belfond et Camille Bardin.

 

HORS SÉRIE FIAC

 

Pour ce Pourvu qu’iels soient douxces spécial FIAC 2021, les membres de Jeunes Critiques d’art Claire Luna, Grégoire Prangé, Horya Makhlouf, Samy Lagrange, Mathilde Leïchlé et Camille Bardin, ont décidé de s’interroger sur cette « semaine de l’art », durant laquelle l’art contemporain titillent tous les médias les plus généralistes et devient un sujet omniprésent.
Afin de répondre aux interrogations quant à cette surmédiatisation ponctuelle et éphémère, iels se sont posé.e.s deux grandes questions :
Qu’est-ce que la FIAC fait aux artistes et qu’est-ce que la FIAC fait aux publics ?

Dans la première partie de ce numéro, Grégoire Prangé & Claire Luna ont rencontré trois artistes :
↘ Première invitée, l’artiste plasticienne Angelika Markul, présente au jardin des Tuileries pour le parcours Hors les Murs de la FIAC 2021 avec des sculptures en bronze
↘ Le jeune peintre Jean Claracq, dont les œuvres sont à découvrir au sein du Musée Eugène Delacroix, lieu partenaire de la FIAC, dans le cadre de la 47e édition de la foire
↘ Et la performeuse Aurore Le Duc, qui a réalisé une performance, ‘Mama don’t preach’, avec Joachim Biehler, tous deux en Marina Abramović, le dimanche 24 octobre 2021, jour de clôture de la manifestation.

Afin de pouvoir comprendre l’impact que la foire joue sur le grand public, iels ont été à la rencontre de différentes personnalités constitutive du lien avec celui-ci :
↘ Anaïs Montevecchi, médiatrice, consultante et enseignante.
↘ Les étudiant-es de l’École du Louvre, en charge de la médiation du parcours Hors les Murs de la FIAC
↘ En clôture, une analyse d’Horya Makhlouf sur le rapport entre foire, salons et critiques d’art, avant d’enchainer sur un débat sous forme de table ronde, avec Claire LunaGrégoire PrangéHorya MakhloufSamy LagrangeMathilde Leïchlé et Camille Bardin.

 

ÉPISODE 5

Pour ce dernier épisode de la saison, les membres de Jeunes critiques d’art se sont rendus dans la ville de Pantin dans le 93 aux Magasins Généraux.
Un espace qui présente chaque année depuis 2018 une saison estivale avec une exposition, un festival de danse, de performance, de musique et j’en passe. Cette année les Magasins Généraux propose “Hôtel Sahara”, une exposition qui explore et interroge les imaginaires dont le Sahara fait l’objet depuis l’Europe, mais aussi depuis l’Afrique et ses diasporas.

Cette exposition mènera naturellement en deuxième partie d’émission à s’interroger sur ces espaces d’ateliers et d’expositions qui naissent ces dernières années au sein du Grand Paris. Il s’agira de questionner leur ancrage au sein de leur territoire, sont-ils de simples îlots élitistes ou participent-ils aux dynamismes de certaines villes et/ou quartiers.

En compagnie des critiques d’art Camille BardinSamuel BelfondMathilde Leïchlé et Grégoire Prangé.

 

ÉPISODE 3

Pour ce troisième épisode de Pourvu qu’iels soient douxces les membres de Jeunes Critiques d’Art se sont rendus au Nord Est de Paris à la Grande Halle de La Villette pour découvrir l’exposition « 100% L’EXPO – Sorties d’École » une exposition qui regroupe près de 150 artistes sorti.es d’écoles d’art ces cinq dernières années.

Et en deuxième partie d’émission ce sera un peu plus meta : iels profiteront de ce podcast pour parler podcast ! Un médium qui prend un essor considérable depuis quelques années en France et, une fois n’est pas coutume, le monde de l’art n’est pas en reste. Alors est-ce que et comment le podcast remet en question l’organisation du monde de l’art et de ses rapports de domination ?

C’est ce qui a intéressé les critiques Mathilde LeïchléHorya MakhloufGrégoire Prangé et Camille Bardin !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathilde Leïchlé (7 septembre 2022). Jeunes Critiques d’Art | POURVU QU’IELS SOIENT DOUXCES. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwfv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search