Marjane Satrapi : « Vu la forme de ton front, soit tu seras peintre, soit écrivain, soit les deux. »

Ce texte a initialement été publié sur le carnet des Jaseuses (ex-Parleuses) dans le cadre de l’atelier “Un Jour, une Parleuse” qui vise à mettre en lumière une femme* et ses créations.

***

Raconter l’Iran, vaincre le préjugé

Marjane Satrapi est née en 1969 en Iran. Elle est autrice et dessinatrice de bande-dessinée, réalisatrice et actrice, compositrice et chanteuse. Elle a dix ans en 1979, au moment de la Révolution qui entraîne la chute du dernier Chah et la mise en place du régime des ayatollahs, l’abolition de la monarchie et la création de la République islamique d’Iran. De 1980 à 1988, elle vit la guerre Iran-Irak depuis Téhéran, sous les bombardements.

Inspirée de cette expérience, la bande-dessinée Persepolis déroule une fresque historique en cases. Marjane Satrapi raconte l’histoire d’une fille, Marji, qui devient femme en même temps que celle d’un pays. Elle y évoque la Révolution (premier tome, 2000), la guerre Iran-Irak (deuxième tome, 2001) et le premier exil en Autriche, à Vienne, en 1984 (troisième tome, 2003) avant sa tentative de retour (quatrième tome, 2003). Ce quatrième et dernier épisode montre que, malgré la fin de la guerre, les conséquences restent – les rues portent des noms de martyrs et les anciens camarades de jeu sont mutilés ou fous.

Dans le documentaire sonore réalisé pour Arte Radio en 2003, Marjane Satrapi tient le carnet de bord de la rédaction du tome 4 de Persepolis. Son propos est clair : elle ne souhaite pas attirer la compassion mais susciter la curiosité. Selon elle, son livre est réussi si une seule question reste dans l’esprit des lecteurs : « Est-ce que ces gens sont vraiment différents de nous ? »

Marji, comme, avant elle, Marjane Satrapi, se confronte autant au regard que les Iraniens portent sur l’Europe qu’à celui que les Européens portent sur l’Iran. Dans la bande-dessinée puis dans le dessin-animé sorti en 2007, elle souligne les parallèles entre le nihilisme des années 80 autrichiennes, notamment du milieu punk, et la culture morbide des martyrs en Iran. Dans le dessin-animée, une des scènes de combat de la guerre Iran-Irak au cours de laquelle des jeunes garçons explosent sur des mines est rythmée par la musique d’Iron Maiden qu’écoutent les Viennois. Elle donne aussi à voir comment ses amies iraniennes regardent d’un œil suspicieux la sexualité des Européennes et les habitudes qu’elle a prises. Plus tard, en 2003, alors qu’elle prépare un voyage aux États-Unis, Marjane Satrapi raconte comment une journaliste américaine lui demande si elle se sent inférieure aux Blancs. Tout le travail de Persepolis est de montrer ces préjugés, leur ridicule et leur absurdité.

Le choix du médium : bande-dessinée et dessin animé

La bande-dessinée s’est imposée progressivement comme le meilleur vecteur pour exprimer cette histoire. Marjane Satrapi a une formation artistique plurielle. Elle étudie d’abord aux Beaux-Arts de Téhéran, ce qui donne lieu à des planches très drôles de Persepolis dans lesquelles elle décrit l’impossibilité à dessiner des modèles du fait de la censure du régime. Elle est ensuite élève à l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg à partir de 1994 puis elle entre à l’Atelier des Vosges en 1997.

Dans la préface de son exposition de peinture à la galerie Jérôme de Noirmont en 2012, elle raconte une conversation avec sa grande-tante, « peintre et scandaleuse », peu de temps avant la mort de cette dernière : « Elle me regarda et me dit: “Je mourrai bientôt et mon esprit rentrera dans ton corps.” Elle attendit quelques secondes et ajouta: “Vu la forme de ton front, soit tu seras peintre, soit écrivain, soit les deux.” (…) Et c’est ce que j’ai fait. »

C’est à l’Atelier des Vosges que Marjane Satrapi découvre la bande-dessinée. Ces camarades sont Jean-Christophe Menu, Lewis Trondheim, David B., Joann Sfar… Elle se forge une culture dans leur domaine pour participer aux discussions. Ils l’encouragent à mettre sur papier les récits qu’elle leur raconte sur l’Iran. Elle est libre de toute méthode préconçue, porte un regard neuf sur la profession.

L’Atelier des Vosges semble être le lieu idéal pour proposer une forme nouvelle, la plus adéquate possible au propos de l’autrice. Cet atelier accueille l’Association à la pulpe, utopie éditorialiste fondée en 1993 par Jean-Christophe Menu. La volonté de ce dernier est de « se poser comme une force ALTERNATIVE par rapport à cette profession, et refuser toute concession avec elle ». La maison publie beaucoup d’autobiographies mais ses membres sont frappés par le succès de Persepolis. Ils ne s’y attendaient pas, avaient même hésité à publier le livre tant il leur semblait minimaliste par rapport au reste des publications.

Le film d’animation Persepolis, réalisé en collaboration avec Vincent Paronnaud, s’est inscrit à la suite de la bande-dessinée. Il la prolonge. Selon Marjane Satrapi, le dessin permet de donner un caractère universel aux destins des personnages. Dans le making of de Persepolis, elle déclare que si elle l’avait réalisé avec des acteurs iraniens, le public aurait sans doute pensé qu’il s’agissait d’un film ethnique qui ne concernait que les Iraniens eux-mêmes.

L’image porte un langage autre, complémentaire des mots. Dans l’art traditionnel iranien, la miniature et la calligraphie incarnent ces liens entre image et texte. Si Marjane Satrapi reprend parfois les codes des miniatures persanes, elle puise aussi son inspiration chez les expressionnistes tels qu’Otto Dix et cite Picasso. Ces ponts entre les arts sont des ponts entre les cultures. Marjane Satrapi montre, par sa pratique, que les différences ne sont pas des divisions.

Marjane Satrapi, Persepolis, roman graphique. L’Association 2000- 2003.

Être une femme dans le monde de la bande-dessinée : la lutte pour la reconnaissance

A ceux qui déclarent qu’elle doit son succès au fait d’être une femme iranienne, elle répond qu’être femme et iranienne lui a desservi toute sa vie alors, si elle peut en tirer quelque chose maintenant, c’est tant mieux pour elle. Elle sait et affirme surtout qu’elle doit cette réussite à un travail intense et régulier.

Le fait d’être une femme tient une place importante dans Persepolis. L’histoire d’un pays, d’un régime et de la guerre rencontre celle d’un passage à l’âge adulte. Marji veut d’abord devenir soit prophète soit Bruce Lee, puis elle lit Le Deuxième sexe et essaie de faire pipi debout. Elle se rase les jambes et danse sur Eye of the Tiger. Cet aspect personnel favorise l’identification.

Marjane Satrapi montre comment l’Orient et l’Occident souffrent du même mal. Dans les deux cas, aux yeux des pouvoirs en place, les femmes sont des objets – jamais des sujets. Broderies, paru en 2003, poursuit cette réflexion sur la féminité et le statut des femmes dans la société en présentant des conversations intimes et sans tabou entre des Iraniennes, notamment le personnage de la grand-mère de Marji, toujours drôle et cinglant.

Marjane Satrapi est une figure essentielle de la bande-dessinée française. Dans une interview de 2018, Pénélope Bagieu, autrice des Culottées, ouvrage en deux tomes qui revalorise des destins de femmes oubliées, déclare qu’elle a découvert et aimé le roman graphique en grande partie grâce à Marjane Satrapi et que Persepolis a permis d’intéresser de nouveaux lecteurs à ce médium.

Marjane Satrapi participe à un mouvement luttant pour l’égalité dans le monde de la bande-dessinée – le Collectif des créatrices de bande-dessinée contre le sexisme. Ce collectif a notamment participé à la contestation du Festival d’Angoulême en 2016. Trente auteurs uniquement masculins sont alors nommés au Grand Prix. La sélection n’est qu’une reprise de la liste de l’année précédente en enlevant le lauréat ainsi que la seule femme alors nominée, Marjane Satrapi. Depuis la création du Festival, seulement deux femmes ont reçu le Grand Prix : Florence Cestac en 2000 et Emil Ferris en 2019.

Lors d’une interview donnée en janvier 2018, le rédacteur en chef des Cahiers de la BD, Vincent Bernière, commente le dessin choisi en couverture du numéro consacré à la question « Les femmes sont-elles l’avenir de la BD ? ». On lui demande pourquoi c’est un personnage féminin – Chihuahua Pearl – dessiné par un homme – Jean-Michel Charlier – qui a été retenu et non pas le dessin d’une femme. Il répond que cela se vend mieux. La route est encore longue avant l’égalité et la reconnaissance.

Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, Persepolis, film d’animation, 2007.

Marjane Satrapi : après la bande-dessinée

Marjane Satrapi travaille aujourd’hui essentiellement en tant que réalisatrice et actrice. Déjà, les films Persepolis et Poulet aux prunes étaient des champs d’expérimentation esthétiques et techniques. Dans Poulet aux prunes, on trouve successivement du cinéma muet, du dessin-animé et divers effets spéciaux. Ces recherches sont poursuivies dans le troublant The Voices sorti en 2014. Radioactive, sorti en 2020, retrace la vie de Marie Curie.

Marjane Satrapi, dans ses bande-dessinées, commence toujours par dessiner les yeux. Selon elle, on comprend tout des autres en regardant leurs yeux. Elle nous prête les siens, dans ses livres, ses œuvres et ses films, pour regarder le monde. Elle nous apprend à en rire, malgré tout – pour mieux l’aimer.

***

Émissions de radio

Arte Radio : Documentaire, « Persepolis 4 », 2003.

Arte Radio : Documentaire, « Atelier BD », 24 janvier 2003.

La Grande Table, France Culture, « Le portrait de Marjane Satrapi », 31 juillet 2015.

Le Nouveau Rendez-Vous, France Inter, « Femmes dans la BD : faut vous faire un dessin ? », 23 janvier 2018.

Liens

Collectif des créatrices de bande-dessinée contre le sexisme.

Bibliographie

Erwin Dejasse, Tanguy Habrand et Gert Meesters (dir.), L’Association : une utopie éditoriale et esthétique, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2011.

Barbara Laborde (dir.), Persepolis, Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud : dessin de vie, Lormont, Le bord de l’eau, 2016.

Marjane Satrapi, Peintures, Paris, Galerie Gérard de Noirmont, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.