Lys Galatea : une histoire du geste tout contre la matière

J’ai écrit ce texte dans le cadre d’une commande de l’ARCA (Atelier de Recherche et de Création Artistique) à plusieurs membres du collectif Jeunes Critiques d’Art pour l’exposition collective de fin de résidence à DOC, qui s’est tenue du 30 septembre au 15 octobre 2023.

Œuvre de Lys Galatea / Photographie personnelle.

Loin des matières dites nobles, Lys Galatea utilise le plâtre qu’elle récupère gratuitement, les fins de pots de peinture que lui laissent des peintres en bâtiment, les produits d’entretiens qui font de la très bonne teinture bien qu’odoriférante. Récup’ et système D. L’art est un jeu palpable, sonore, à renifler. Marquée par le gaspillage auquel elle assiste sur certains montages d’expositions, elle ramasse toujours les traces de ses œuvres pour en faire autre chose. Elle prend soin des gravats.

Œuvre de Lys Galatea / Photographie personnelle.

Revenue à la couleur après des essais monumentaux en noir et blanc, elle plastifie des plaques de plâtre – ainsi incassables – qui gardent les marques contrastées de ses rudoiements esthétiques. Pour la première fois, elle montre aussi, imprimées sur ces sculptures aux formats de tableaux, les libertés florales et figuratives qui font partie de son processus de création. Elle relève un peu le rideau des coulisses.

Œuvres de Lys Galatea et Haïtian Chen / Photographie personnelle.

Comme lorsqu’elle dansait – art admiré, comme lorsqu’elle était éboueuse – métier dévalorisé, c’est une histoire de gestes, de corps contraints et de rapport à l’espace. Il est question de travail invisible qui prend toute son importance lors de l’arrivée du public. Les matériaux résistent. L’art pèse lourd. Il faut répéter, faire léviter contre la gravité. Et, plus tard, l’accepter. De sa pratique du violoncelle, elle retient le son. Ses œuvres grincent, craquent et, parfois, explosent. Les boules de plâtre gris, libérées de leurs attaches, se fracassent au sol et révèlent en leur sein la couleur retrouvée. Les éboulis sont pierres précieuses.

Œuvres de Lys Galatea et Amélie Asturias / Photographie personnelle.

Lys Galatea voudrait faire danser la matière, que les spectateurices se meuvent tout contre elle, avec elle. Elle aimerait que les visiteureuses touchent ce qu’elle propose, qu’ils tendent les doigts, l’oreille, le nez. L’art a encore l’air trop sacré. C’est à vous d’oser.

***

Le site de l’artiste.

Œuvre de Lys Galatea / Photographie personnelle.


Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2023, 19 décembre). Lys Galatea : une histoire du geste tout contre la matière. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vevl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search