Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants

Cet article est tiré de ma communication du 15 janvier 2020 donnée lors de la séance « Représentation des violences sexuelles, de la presse à la littérature du second XIXe siècle » organisée avec Blandine Lefèvre et Lucie Nizard, séance du séminaire Envers littéraires : motifs et structures du CRP19 (Paris 3). Ma réflexion s’inscrit à la suite de celle amorcée lors de la journée d’études Désir, consentement et violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle à l’occasion de laquelle j’avais parlé des images et imaginaires du viol au XIXe siècle.

***

Résumé

Si l’illustration de l’actualité se développe dans la presse dès la fin du XVIIIe siècle, ces images connaissent un essor sans précédent du milieu du XIXe siècle à la Première Guerre Mondiale. Alors que la photographie commence à se diffuser, l’illustration par le dessin et la gravure est encore souvent privilégiée. Cette médiation permet d’interpréter et d’orienter les images présentées, de les rendre plus spectaculaires. Nous verrons quelles formes prennent les mises en scène des violences sexuelles dans le cas des grandes affaires telles que celle concernant Joseph Vacher, « le Jack l’Éventreur du Sud-Est », transformant le criminel en célébrité. Il sera ensuite question des faits divers quotidiens, notamment ceux présentés et illustrés dans L’œil de la police, à destination d’un public en quête d’une délectation dans l’horreur. Enfin, nous nous demanderons comment cette actualité est reprise dans la presse humoristique et grivoise et comment les violences sexuelles deviennent ainsi un ressort comique.

***

L’histoire de la presse illustrée commence en Angleterre. Jean-Pierre Bacot, auteur de La Presse illustrée au XIXe siècle, Une histoire oubliée, date précisément sa naissance au samedi 31 mars 1832, jour de la parution du Penny Magazine1. Ce « produit encyclopédiste d’éducation populaire » illustré de gravures est le premier à se revendiquer comme illustré et à construire toute sa ligne éditoriale autour de ces illustrations. Très vite, les périodiques se tournent vers l’illustration de l’actualité. Des créations françaises répondent en miroir aux publications anglaises. Si Le Magasin Pittoresque s’inspire du pionnier Penny Magazine, L’Illustration répond à l’Illustrated London News et le Journal Illustré fait écho au Penny Illustrated Paper. Alors que la pratique de la photographie se diffuse, la presse illustrée continue de faire appel au dessin, à la gravure et à la caricature pour montrer des détails inédits, inventés, spectaculaires. Dans cette société des images et du spectacle en plein essor, face à la demande d’un public en quête de sensations, la presse illustrée se penche sur les violences sexuelles.

Ce texte vise à esquisser une typologie des ressorts dramatiques, tragiques et comiques des représentations des violences sexuelles dans la presse afin de comprendre dans quelle mesure ces violences sont mises en scènes, théâtralisées.

Le Journal amusant, 7 novembre 1907 © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
La Gaîté gauloise, 22 mars 1903 © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
Le Journal amusant, 28 septembre 1912 © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Je l’ai dit, la presse illustrée naît en Angleterre or, c’est de ce pays que vient l’affaire qui construit sur le temps long, et même, peut-être, jusqu’à nos jours, les imaginaires liés aux violences faites aux femmes2. Entre août et novembre 1888, un assassin connu sous le nom de Jack l’Éventreur tue cinq femmes, à Londres. Le tueur anonyme effraie l’opinion publique notamment du fait des mutilations sexuelles qu’il fait subir à ses victimes créant ainsi une confusion entre meurtre et viol. La presse s’empare du sujet et diffuse les images : ici, deux premières pages présentant le trajet de deux victimes. Leur portrait est mis en avant, sans doute pour singulariser l’événement, le rendre plus concret, et pour permettre à la fois l’empathie et l’effroi.

Annie Chapman vue par The Illustrated Police News,
22 septembre 1888.
Elizabeth Stride vue par The Illustrated Police News,
6 octobre 1888.

Les représentations des corps mutilés, nus et érotisés, comme le buste de Catherine Eddowes, connaissent une grande postérité de même que le choix de représenter l’acmé du crime, le moment fatidique, le plus dramatique.

Catherine Eddowes vue par The Illustrated Police News,
13 octobre 1888.
National Police Gazette,
16 février 1889.

Sur la couverture du Puck du 21 septembre 1889, Jack l’Éventreur, de dos, regarde les portraits qui ont été donnés de lui, portraits extrêmement divers – l’absence de visage renforce la menace, la peur.

Puck, 21 septembre 1889.

À partir de ce moment, à une époque qui voit se développer un engouement pour la phrénologie, la figure du criminel, du violeur et du meurtrier, est très souvent mise en avant. Dans son ouvrage Crimes et délits. Une histoire de la violence de la Belle Époque à nos jour, Anne-Claude Ambroise-Rendu a montré comment les années 1870-1880 marquent la fin de l’ère des foules avec la fin des insurrections populaires, laissant la place à la figure du criminel individuel3. En 1883, Alphonse Bertillon publie Ethnographie moderne : les races sauvages initiant l’anthropométrie judiciaire tandis que, en 1887, dans L’Homme criminel, Cesare Lombroso soutient la thèse selon laquelle la « délinquance » serait plus fréquente chez les personnes porteuses de certaines caractéristiques physiques. C’est donc dans ce contexte que ce développe une obsession pour le portrait du criminel. C’est aussi une certaine idée de la place des femmes dans l’espace public et de leur sécurité ou mise en danger supposée qui se joue avec la médiatisation de ces crimes. Dans son article « Jack l’Éventreur et les mythes de la violence masculine », Judith R. Walkowitz écrit : « L’exploitation médiatique et iconographique (de ces meurtres) […] a renforcé le risque de violence masculine et persuadé les femmes qu’elles sont des victimes sans défense. »4

En France, plusieurs affaires défraient la chronique. Ces illustrations du 24 février et du 29 septembre 1907 du supplément illustré du Petit Journal insistent sur le visage du criminel, Albert Soleilland, coupable du viol et du meurtre d’une enfant de onze ans, Marthe Erbelding, en 1907. Soleilland devient un exemple du type du satyre, terme souvent utilisé pour désigner les violeurs et plus particulièrement les pédocriminels5. Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle présente les satyres comme des êtres ayant « une grande ardeur pour les plaisirs de l’amour ». Si le satyre est défini comme une « divinité champêtre », il est aussi un « homme impudent, cynique, lascif »6, confondant le mythologique avec le contemporain, le monstre avec le criminel.

Supplément illustré du Petit Journal, 24 février 1907. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
Supplément illustré du Petit Journal, 29 septembre 1907. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Lors du dernier congrès de la Nineteenth Century French Studies Association, Myriam Krepps a montré comment Joseph Vacher, « l’éventreur » du Sud-Est, « le tueur de bergers » était devenu à la fois un monstre, tout droit sorti d’un roman de Zola, et une célébrité. Arrêté en 1897, il est suspecté de plus de cinquante meurtres et de nombreux viols. Il tue plusieurs bergers et bergères, convoquant ainsi un imaginaire de l’innocence pastorale et renforçant l’horreur de ses crimes. Son portrait, dessiné d’après une photographie, est repris par les périodiques. Son chapeau blanc devient un attribut reconnaissable. Il est souvent choisi par les dessinateurs comme signe distinctif, renforçant encore sa notoriété. L’acmé des violences, mises en série, est représenté, soulignant le fait qu’il s’agit d’un « monomane », répétant le même motif, le même acte. Devenu une véritable célébrité, il est condamné à mort et décapité le 31 décembre 1898 sur la place du Champ de Mars devant des milliers de personnes.

Supplément illustré du Petit Journal, 9 janvier 1898. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Le succès que connaissent ces récits auprès du public encourage certains journaux à utiliser les mentions et représentations des violences sexuelles comme des arguments de vente. Alain Corbin écrit à ce sujet : « Le succès commercial de la grande presse au XIXe siècle doit beaucoup au couplage du sexe et de la mort innocente. (…) La hargne sadienne semble trouver un écho tardif dans la complaisance avec laquelle le public et la médecine légale détaillent le tableau du corps violenté. »7 Ainsi, le premier et unique numéro de La Cour d’assises de la Seine-Inférieure affiche en une deux portraits, celui de Gamelin, meurtrier et violeur de Marthe Deriberpré, 7 ans.

La Cour d’assises de la Seine-Inférieure, 26 mai 1894. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Sur la couverture du numéro 2 de L’œil de la police, périodique consacré aux faits divers qui parait entre 1908 et 1914, le bandeau, au-dessus du titre, annonce du prochain numéro incitant à la vente, parle d’une « fillette violée, tuée et jetée dans un cimetière ». Dans le numéro suivant, un dessin représentant la découverte du cadavre, souvenir des procédés mis en place pour Jack l’Éventreur, illustre le texte.

L’œil de la police, n°2, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°3, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

À l’occasion du congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes consacré à l’œil, Valérie Stiénon a analysé les dispositifs graphiques de L’œil de la police. L’œil omniprésent est celui, certes, de la police, mais c’est aussi celui du journal et de ses journalistes qui accèdent, par le dessin et l’imagination, aux instants fatidiques que la police ne connait pas. C’est, enfin, celui du lecteur, ainsi défini comme spectateur et voyeur.

L’œil de la police, n°1, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°39, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Ce sens du spectacle, de la mise en scène se retrouve dans le traitement de certaines affaires. Le sous-titre du journal explicite cet aspect théâtral : « Faits dramatiques, événements passionnels ou tragiques. Les drames de l’amour, les drames de la vie, les drames de la mort. » L’affaire Steinheil, par exemple, est présentée comme une pièce de théâtre. Les décors des différents actes ainsi que les personnages sont donnés à voir tandis que Marguerite Steinheil, vêtue de noir, est figurée dans la pose des héroïnes tragiques.

L’œil de la police, n°47, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°49, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Dans L’œil de la police, ce procès pour meurtre devient « une série de coups de théâtre ». D’autres unes, comme celles évoquant la « Tragédie de Vaugirard » et une « noce tragi-comique », illustrent ce processus de mise scène, voire de mise en théâtre de l’actualité.

L’œil de la police, n°46, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°21, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°8, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Le but est de provoquer l’émotion du lecteur. Ainsi, les suicides sont souvent « émouvants » et les crimes, surtout quand ils sont liés à des violences sexuelles, souvent « odieux », renvoyant parfois aux imaginaires liés à Jack l’Éventreur.

L’œil de la police, n°37, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°10, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°6, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°32, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Les illustrations des brèves sont en couleurs sur le dos, avec une insistance sur la couleur rouge, et en noir et blanc dans les pages centrales. Elles reprennent parfois les grandes affaires comme Jack l’Éventreur de manière plus ou moins explicite.

L’œil de la police, n°3, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°41, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Vacher, le Jack l’Éventreur du Sud-Est, aussi connu sous le nom du « tueur de bergers. » est aussi implicitement évoqué, convoqué dans l’esprit des lecteurs par la seule mention des bergères.

L’œil de la police, n°37, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°18, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Comme dans le cas des grandes affaires, un portrait de la victime est parfois proposé. Il s’agit ci-dessous d’une dame âgée, dont les attributs stéréotypiques sont mis en avant, soulignant sa vulnérabilité, sa fragilité et son innocence – amplifiant l’horreur.

L’œil de la police, n°44, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Le terme de satyre est souvent utilisé pour désigner les violeurs. Ce terme ne provoque pas d’iconographie particulière dans les canards sanglants mais des images jouant sur cette désignation sont développées dans la presse humoristique et érotique, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cet article.

L’œil de la police, n°8, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°25, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°31, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°42, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Les violences sexuelles faites aux garçons sont très rarement évoquées. Pour l’année 1908, je n’ai trouvé que l’exemple ci-dessous. L’accent est mis sur la tentative de meurtre avec une insistance sur la couleur rouge, reprise dans le cadre, pour souligner l’horreur.

L’œil de la police, n°20, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

De la même manière, les violences sexuelles faites aux femmes adultes ne sont pas représentées, c’est le moment précédent le viol qui est illustré, dans le cas où elles ne sont pas tuées.

L’œil de la police, n°20, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°12, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°13, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Certains détails renforcent le pathos – dans la première vignette ci-dessous, le viol est désigné comme tel dans le titre alors qu’il s’agit d’une « agression » ou d’un « attentat » pour les autres vignettes, de tentatives de « violence ». Or, dans le cas de cette vignette, il est écrit que la victime était « sur le point de se marier », la virginité présumée, destinée à un autre homme, renforçant l’horreur.

L’œil de la police, n°30, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°4, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Dans le cas où la victime ne survit pas, c’est le moment de sa mort ou son cadavre qui sont représentés. Il y a une forme de surenchère dans l’horreur, dans le cas de l’image en haut à gauche, cela passe par la représentation du frère aveugle tâtonnant près du cadavre de sa sœur. Le moment « juste après » et l’arrivée des policiers sont aussi des dispositifs choisis.

L’œil de la police, n°6, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°1, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°47, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°25, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Dans la première vignette ci-dessous, on retrouve le moment du meurtre et le détail qui renforce le pathos – les victimes sont des Parisiennes « de la meilleure société ». Dans la seconde, le renversement de la violence est la clé de cette image et de cette brève – trame appréciée des rédacteurs de ce journal, jouant sur un effet de surprise, d’exceptionnel.

L’œil de la police, n°37, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°8, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

C’est parfois la suite de la vie du violeur, après son crime, qui est évoquée – par exemple, un suicide ou une tentative d’évasion dans un commissariat.

L’œil de la police, n°38, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°45, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Différents registres de présentation des faits divers sont mis en œuvre dans L’œil de la police. Si certaines brèves peuvent s’afficher comme édifiante ou moralisatrice, avec l’injonction « Ne jouez pas avec les armes à feu ! », les rapprochements créés par la mise en page entre d’autres génèrent une forme d’humour, ou, en tout cas, de jeu, d’amusement – ainsi la chasse à l’homme est mise en parallèle avec un accident de chasse.

L’œil de la police, n°38, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.
L’œil de la police, n°35, 1908. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

Certaines publications, comme Les Drames illustrés, mêlent deux modes d’illustration, deux niveaux, au registre supérieur l’horreur topique, au registre inférieur les vignettes comiques traditionnelles.

Les Drames illustrés, 14 mai 1880. © Gallica, Bibliothèque nationale de France.

L’humour, le comique et la comédie, s’appuyant sur une complicité avec le lecteur, sont déployés dans la presse érotique du tournant du XXe siècle, notamment quand elle traite des violences sexuelles – c’est ce que nous verrons dans la deuxième partie de cette étude.

***

Pour citer cet article: Mathilde Leïchlé, « Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants » in À l’ombre des jeunes filles en feu, 11/04/2020, https://ardentes.hypotheses.org/150.



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2020, 11 avril). Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwfj

  1. Jean-Pierre Bacot, La Presse illustrée au XIXe siècle, Une histoire oubliée, Limoges, Presses universitaires, 2005, p. 9. []
  2. Voir Judith R. Walkowitz, « Jack L’Éventreur et les mythes de la violence masculine » in Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés, Violences sexuelles, 1989, p. 135-165. []
  3. Voir Anne-Claude Ambroise-Rendu, Crimes et délits. Une histoire de la violence de la Belle Époque à nos jour, Paris, Nouveau monde, 2006. []
  4. Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 159. []
  5. Le terme est anachronique. Au XIXe siècle, le terme utilisé par la presse est celui de satyre. Le Grand dictionnaire universel du XIXe publié par Larousse entre 1866 et 1877 indique uniquement, à l’entrée « Pédophile », « Qui aime les enfants » (Tome XII, P-POURP, p. 494). Le terme est employé pour désigner une perversion et un crime à partir de 1931 et de la publication de l’ouvrage Psychopathia Sexualis de Kraft Ebing. Voir Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle, Paris, Fayard, 2014, p. 93. []
  6. Pierre Larousse (éd.), Grand dictionnaire universel du XIXsiècle, Tome XIV, S-TESTA, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, 1866-1877, p. 255-256. []
  7. Alain Corbin, « Préface » in Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés, Violences sexuelles, 1989, p. 11. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search