Raphaëlle Peria | Degrés de paysages

Ce texte a été écrit pour l’exposition Degrés de paysages, présentant le travail de Raphaëlle Peria, qui s’est tenue en 2018 à l’Académie Malouine d’Arts Plastiques (AMAP, Saint-Malo).

Ci-dessus: Raphaëlle Peria, Norvège #1, détail, grattage sur photographie, 90 x 60 cm, 2016. © Raphaëlle Peria

***

En 2012, Raphaëlle Peria part pour deux cent trente-trois jours de voyage en Asie, Amérique du Sud et Océanie. Au moment de son départ, ce voyage n’est pas envisagé par l’artiste comme un possible support de création. Elle laisse son chevalet et emporte simplement un appareil numérique. Après son retour, les souvenirs du long voyage deviennent problématiques. La mémoire hésite, parfois, à assumer ce vécu. Elle décide alors de rendre aux voyageurs futurs les chambres qu’elle a occupées et qu’elle photographiait tous les matins. Elle gratte le papier brillant pour s’approprier le souvenir et laisser la place au visiteur suivant : la série des Deux cent trente-cinq nuits voit ainsi le jour en 2013.

Raphaëlle Peria, Deux cent trente-cinq nuits, série de 200 grattages sur photographies, 15 x 10 cm chaque, 2013, collection privée. © Raphaëlle Peria
Raphaëlle Peria, Deux cent trente-cinq nuits, série de 200 grattages sur photographies, détail, 15 x 10 cm, 2013, collection privée. © Raphaëlle Peria

L’artiste ne définit pas son travail comme relevant de la photographie mais de la gravure ou du dessin. La photographie n’est qu’une étape, qu’un support pour atteindre la justesse du souvenir. La surface est grattée, gravée au scalpel, au grattoir ou à l’aide d’une fraise de dentiste pour dégager les copeaux qui cachent sa vérité. A partir du point de départ de son tour du monde, Raphaëlle reprend les photographies qu’elle a alors capturées, les associe en séries et les retravaille. Elle traverse ainsi un désert d’Amérique du Sud qui lui rappelle Hokusai, des villes qu’elle peuple de copeaux, des cours d’eau qu’elle pare d’une nouvelle écume. Depuis 2015, elle effectue des voyages avec l’intention claire de trouver de nouveaux supports, de nouvelles images. La photographie lui permet ainsi de s’approprier le temps, par le souvenir, et l’espace, en dépassant les contraintes du médium.

Raphaëlle Peria, Les cieux bleus, série de neuf grattages sur photographies contrecollés sur médium, détail, 10 x 15 x 2 cm, 2013. © Raphaëlle Peria

De son premier grattage aux œuvres plus récentes, Degrés de paysages présente le parcours d’une artiste qui voyage dans les latitudes du monde et l’épaisseur des souvenirs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.