Marie-Yaé Suematsu | Un dessin au creux des mains

Ce texte a été écrit pour le portfolio de l’artiste Marie-Yaé Suematsu.

Ci-dessus : Marie-Yaé Suematsu, Vase. © Lisa Streich

***

Une sirène qui voyage sans boussole. Des éventails qui récoltent la tempête. Des chats qui portent bonheur, lisent et déconstruisent le monde. Dans l’univers qu’elle crée par petits ensembles et grandes installations, dans la terre qu’elle modèle, sur les surfaces qu’elle peint, Marie-Yaé Suematsu donne à voir la vie avec les yeux du dedans.

Vue de l’exposition En terres bleues, Paris, Galerie du CROUS. © Léa Guintrand

Les vases qui habitent son atelier sont autant de « dessins que l’on peut tenir dans ses mains », selon ses propres mots. C’est la matière qui suggère le récit et surprend l’artiste. Il n’y a pas de schéma préparant les formes. Elles surgissent au bout des doigts sous la pression de la pulpe et de l’ongle dont elles gardent la trace. S’inspirant des peintures rupestres qui s’adaptent à la roche pour faire apparaître des scènes, Marie-Yaé Suematsu tourne autour de ses vases montés au colombin pour capter le regard des figures qui s’y révèleront. La surprise advient à chaque étape et est mêlée d’attente : la cuisson dure deux jours, les oxydes sont mouvants. L’émail recouvre l’intérieur tandis que l’extérieur est laissé brut, habillé par le tracé du pinceau – calligraphié. Des fleurs sont invitées à prolonger ces sculptures, ramenant l’immuable dans le rythme des saisons.

Marie-Yaé Suematsu grandit dans un milieu cosmopolite et polyglotte – le dessin y est un langage à part entière. Elle observe et développe la passion de la description, colorant dans ses carnets les objets qui vivent chez elle. Au cours de ses études dans la section image imprimée de l’EnsAD, elle voyage au Japon, fait un échange à Kyoto et découvre la céramique. L’attention qui y est portée à la vaisselle quotidienne, utilitaire, la mène vers d’autres chemins. En 2016, elle réalise avec Mylène Escande l’installation Je n’aurais jamais pensé vivre au Japon un jour, des fragments en terre cuite peints en noir et blanc, posés à terre, carnet de voyage à prendre sur la route, à lire au creux des mains.

Vue de l’installation Je n’aurais jamais pensé vivre au Japon un jour, 2016, Paris, EnsAD.
Vue de l’installation Je n’aurais jamais pensé vivre au Japon un jour, 2016, Paris, EnsAD.

De Vermeer à Vuillard, Marie-Yaé Suematsu s’inspire des faïences de Delft, des intérieurs du siècle d’or hollandais et du goût pour les motifs et le décloisonnement des arts prônés par les Nabis. Elle reprend le bleu et le blanc, porcelaine classique créée en Chine, et ses réinterprétations hollandaises mais refuse la quête de la terre la plus blanche pour ouvrir les potentialités de sa palette naturelle. L’oxyde de cobalt rencontre parfois le bleu clair, le brun et le vert. Dans la tradition de Delft, elle crée des carreaux qui peuplent les murs de vivants, qui ouvrent les parois.

Marie-Yaé Suematsu, Vases. © Pauline Hisbacq

Marie-Yaé Suematsu dévoile les esprits existentialistes et facétieux qui vivent avec nous. Les Maneki-neko qui se promènent sur les tasses à thé, les pages des carnets et les éventails s’interrogent sur leur devenir de porte-bonheur. Dans ces bandes-dessinées en relief qui disent nos inquiétudes, ils lisent « Être au présent », « No Future », « How to open your mind – Listening is one key », « How big is life ? », « How to be friend with a tree », « How to be a flower ? ». L’hybridation est possible – on n’est obligé de rien. Des oiseaux-fleurs poussent au soleil, des étoiles fleurissent sur les arbres. Ceux-ci offrent leurs troncs peints aux personnages qui s’y abritent pour le sommeil, pour le rêve et leurs cimes dorées à nos espoirs, par poésie.

Marie-Yaé Suematsu, Vase. © Lisa Streich

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.