FIAC HORS LES MURS | 2012 | DAVID NASH

En 2012, j’ai été pour la première fois médiatrice culturelle à la FIAC ! Hors les murs au Jardin des Plantes. Je présentais avec Anaïs Brunaux-Hamadi Three Humps de David Nash et nous avons écrit un texte sur cette œuvre.

Ci-dessus : David Nash, Three Humps, bronze, trois parties, 90 x 76 x 67 cm / 200 x 88 x 82 cm / 110 x 100 x 78 cm, 2012.

***

David Nash est né en 1945 en Angleterre. Diplômé de la prestigieuse Chelsea School of Art, il s’installe à Blaneau Ffestiniog, en Pays de Galles, où il vit et travaille encore aujourd’hui. Il établit son atelier dans une chapelle désaffectée, lieu hautement spirituel, et puise son inspiration dans sa proximité avec la nature.

Pour l’édition 2012 de la FIAC, David Nash expose Three Humps au milieu du parterre central du Jardin des Plantes. Cette œuvre composée de trois éléments en bronze fondu ä la cire perdue reproduit, dans un naturalisme saisissant, l’écorce du bois carbonisé, matériau de prédilection de l’artiste. L’illusion est accentuée par une patine noire dont est recouvert le métal, donnant à ces « bosses » un aspect mât, charbonneux.

Three humps [ trois bosses] est représentatif du travail de David Nash qui cherche à sacraliser la nature dont nous dépendons. Il trouve dans le bois — le cinquième élément selon lui — le medium idéal pour concrétiser ce message, car il est un matériau de première nécessité pour l’Homme — il le chauffe et lui offre un toit — mais peut aussi être un vecteur de spiritualité. Nash travaille en symbiose avec son matériau, observant son évolution naturelle, comme une partie intégrante de son œuvre. Les fentes qui marquent le centre de ces « bosses » sont la marque de l’intervention humaine sur la matière. Ces formes évoquent des éléments végétaux — des graines ou des noix — et organiques — sexes féminins et masculins.

Elles semblent sortir du sol dans un élan vital. Leurs silhouettes rappellent également les menhirs et, de fait, la culture celtique, liée aux origines de l’artiste. Three Humps, titre très ouvert, encourage cette pluralité de sens, dans une sorte d’universalité que l’artiste attribue au bois.

L’œuvre peut aussi être vue comme la synthèse des trois formes primaires, reprise des principes de Kandinsky qui ont marqué le Bauhaus : la sphère dans le galbe des bosses, la pyramide dans la forme des fentes et le cube dans la base. Ces formes primaires symbolisent respectivement le mouvement, l’espace et la matière. Réunies en une seule forme, elles incarnent une complémentarité totale, une harmonie parfaite.

Enfin, l’aspect charbonneux évoque un matériau d’apparence pauvre au potentiel pourtant très grand — ainsi, le diamant naît du carbone. La sacralisation du bois est donc bien mise en œuvre. Si les bronzes grecs antiques représentaient des héros et des dieux, David Nash fait de ces œuvres de nouvelles idoles.

Anaïs Brunaux-Hamadi et Mathilde Leïchlé



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 7 septembre). FIAC HORS LES MURS | 2012 | DAVID NASH. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwg0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search