FIAC HORS LES MURS | 2013 | JULIEN SALAUD

Lors de ma seconde participation à la FIAC ! Hors les murs en tant que médiatrice, j’ai présenté l’œuvre Printemps (nymphe de cerf) de Julien Salaud avec Sina Phan et nous avons co-écrit un texte sur ce travail.

Ci-dessus : Julien Salaud, Printemps (nymphe de cerf), 2013.

***

Julien Salaud vit et travaille à Orléans. Après des études scientifiques, il fait un séjour en Guyane pour étudier la faune sauvage. Il a alors une véritable révélation et se tourne vers l’art pour explorer son rapport avec le monde animal.

Le miracle qui advient ici réside dans le fait que l’artiste brise l’aspect mortifère de la taxidermie. Opérant un renversement du sens, elle n’est plus un emblème de la victoire de l’homme sur l’animal, mais un hymne au refus de l’anthropocentrisme, idée majeure du travail de Julien Salaud. Le système hiérarchique entre l’homme et l’animal prôné par l’humanisme, a aussi trop souvent servi à entériner une hiérarchie entre les hommes eux-mêmes. Ainsi, redonner sa dignité à l’animal c’est nous réconcilier avec la nature, mais plus
encore avec les spécificités de chacun.

Julien Salaud convoque ici un univers magique où le cerf se métamorphose peu à peu en arbre. Cet univers nous renvoie à un vaste répertoire d’images, du Moyen Âge à nos jours, du cerf crucifère de la légende de saint Hubert, au cerf « esprit de la forêt » dans Princesse Mononoké de Miyazaki. La figure de l’arbre symbolise le lien entre deux mondes, entre des racines animales, terrestres et des branches végétales, minérales, prolongées dans une myriade d’étoiles qui rayonne, dévoilant une dimension cosmique, mystique. À l’instar des chamans, l’artiste se fait passeur d’image, tissant des liens magiques entre deux mondes dans cet écrin de la Galerie des espèces disparues.

Printemps (nymphe de cerf) est une œuvre poétique, enchanteresse, où l’image prévaut sur le verbe, et – pour reprendre le mot de Gael Charbeau – dont « la force tient dans sa capacité à concilier un esthétisme immédiat et une radicalité de l’artiste, qui le protègent de toute complaisance ».

Mathilde Leïchlé et Sina Phan



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 7 septembre). FIAC HORS LES MURS | 2013 | JULIEN SALAUD. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwg1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search