FIAC HORS LES MURS | 2014 | CHARWEI TSAI

Lors de ma troisième participation à la FIAC ! Hors les murs, j’étais médiatrice pour l’oeuvre de Charwei Tsai, Plane tree mantra, présentée avec Ariane Fleury avec qui j’ai également signé ce texte.

Ci-dessus : Charwei Tsai, Plane tree mantra, 2013 © mor charpentier.

***

Charwei Tsai, née en 1980 à Taiwan vit et travaille aujourd’hui au Vietnam. Pour Plane Tree Mantra, à la fois performance et œuvre matérielle éphémère réalisée sur le platane d’Orient du Jardin des Plantes, elle recopie de mémoire et de manière répétée à l’encre de Chine et au pinceau, un texte appris dans son enfance : le sutra du cœur.

Le sutra du cœur est un texte bouddhique qui met en lumière deux concepts primordiaux de la religion : l’impermanence et l’interdépendance. Plane Tree Mantra rend visible l’impermanence par l’encre qui disparaît peu à peu face aux intempéries. Le sutra explicite par ailleurs une interdépendance, un parallèle entre l’artiste et l’arbre. Charwei Tsai a grandi avec ce texte et l’arbre va, à son tour, grandir quelques temps avec le sutra ; renvoyant dos à dos la temporalité de l’homme, très courte, et celle de la nature, beaucoup plus longue. L’arbre qui sert ici de support a été planté en 1785 par Buffon. Pourtant, un jour, cette nature elle aussi périclitera pour donner naissance à quelque chose de nouveau.

Le travail de Charwei Tsai est également remarquable par ses liens avec la tradition chinoise, évoquée par l’écriture taiwanaise même et ses caractères anciens. La synthèse entre le dessin, l’écriture et le support rappelle également le statut d’artiste peintre, poète
et calligraphe de l’Académie traditionnelle chinoise. Enfin, le moment méditatif que représente la performance évoque l’aspect spirituel de cet héritage pluriséculaire.

Tout en étant imprégnée de tradition chinoise, l’œuvre de Charwei Tsai s’inspire aussi de l’art japonais dont l’intention est d’intégrer l’art au quotidien. Calligraphier sur un arbre que nous partageons tous prend alors un sens nouveau. Pour l’artiste, le plus important n’est pas de comprendre le sutra. Il suffit de se laisser porter par le sentiment d’équilibre et d’harmonie que Plane Tree Mantra dégage pour accéder à une spiritualité abstraite. Cette idée du caractère universel de la spiritualité se retrouve dans l’ensemble de l’œuvre de l’artiste, et en particulier dans Olive Tree Mantra (2008), où l’arbre élémentaire de la Grèce antique, évoque une mythologie à la source de la spiritualité européenne.

Charwei Tsai rapproche ainsi spiritualité orientale et spiritualité occidentale dans une aspiration à une émotion universelle.

Ariane Fleury et Mathilde Leïchlé



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 7 septembre). FIAC HORS LES MURS | 2014 | CHARWEI TSAI. À l'ombre des jeunes filles en feu. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cwg2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search