Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 2/2 – Gauloiseries et « comédie du viol »

Cet article est tiré de ma communication du 15 janvier 2020 donnée lors de la séance « Représentation des violences sexuelles, de la presse à la littérature du second XIXe siècle » organisée avec Blandine Lefèvre et Lucie Nizard, séance du séminaire Envers littéraires : motifs et structures du CRP19 (Paris 3). La première partie est intitulée « Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants ».

Continuer la lecture de « Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 2/2 – Gauloiseries et « comédie du viol » »

Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants

Cet article est tiré de ma communication du 15 janvier 2020 donnée lors de la séance « Représentation des violences sexuelles, de la presse à la littérature du second XIXe siècle » organisée avec Blandine Lefèvre et Lucie Nizard, séance du séminaire Envers littéraires : motifs et structures du CRP19 (Paris 3). Ma réflexion s’inscrit à la suite de celle amorcée lors de la journée d’études Désir, consentement et violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle à l’occasion de laquelle j’avais parlé des images et imaginaires du viol au XIXe siècle.

***

Résumé

Si l’illustration de l’actualité se développe dans la presse dès la fin du XVIIIe siècle, ces images connaissent un essor sans précédent du milieu du XIXe siècle à la Première Guerre Mondiale. Alors que la photographie commence à se diffuser, l’illustration par le dessin et la gravure est encore souvent privilégiée. Cette médiation permet d’interpréter et d’orienter les images présentées, de les rendre plus spectaculaires. Nous verrons quelles formes prennent les mises en scène des violences sexuelles dans le cas des grandes affaires telles que celle concernant Joseph Vacher, « le Jack l’Éventreur du Sud-Est », transformant le criminel en célébrité. Il sera ensuite question des faits divers quotidiens, notamment ceux présentés et illustrés dans L’œil de la police, à destination d’un public en quête d’une délectation dans l’horreur. Enfin, nous nous demanderons comment cette actualité est reprise dans la presse humoristique et grivoise et comment les violences sexuelles deviennent ainsi un ressort comique.

Continuer la lecture de « Canards sanglants et gauloiseries : mises en scène du viol dans la presse illustrée du tournant du XXe siècle || 1/2 – Jack l’Éventreur et les canards sanglants »

Laura Mulvey et le concept de male gaze

Lors de la séance du 5 juin 2019 de l’atelier “Club de lecture” du collectif Les Jaseuses, j’ai présenté le concept de male gaze développé par Laura Mulvey. La présentation que je retranscris ici a été suivie d’une discussion et ont toutes deux fait l’objet d’un compte-rendu sur le site des Jaseuses (ex-Parleuses).

Ci-dessus : Faye Dunaway dans le Bonnie and Clyde d’Arthur Penn, 1967.

Continuer la lecture de « Laura Mulvey et le concept de male gaze »

Prix Dauphine pour l’art contemporain 2019 | Nos Futurs

Ce texte a été écrit à l’occasion de la 6ème édition du Prix Dauphine pour l’art contemporain sur le thème Nos Futurs et à partir du travail de l’artiste Taylor Smith.

Ci-dessus: Taylor Smith, Ondes, 2018, cyanotypes, tirages solarfast  et sérigraphies (à motif des dessins aux bactéries kanamycin de l’artiste, photographies microscopiques du cerveau d’un rat (neurones hippocampiques) et photographie aérienne de la terre américaine polluée par des phosphates et de la mine de Rio Tinto en Espagne), papier recyclé fabriqué à la main, pigments naturels provenant de la terre française et italienne, huile de lin et Sennelier « green for oil » médium à peindre écologique sur toile, 195 cm x 130 cm. © Taylor Smith

Continuer la lecture de « Prix Dauphine pour l’art contemporain 2019 | Nos Futurs »