Retracer notre ciel | Atelier Corps, genre, arts

En parallèle du colloque des Jaseuses Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins queer, j’ai organisé avec plusieurs membres de l’Atelier Corps, genre, arts de l’association EFiGiES une exposition virtuelle regroupant huit artistes et collectif. Intitulée Retracer notre ciel : constellations féministes et queer / archives et créations contemporaines, elle s’est achevée par une table-ronde que vous pouvez visionner ici et a été accompagnée par des capsules sonores dont j’ai réalisé le générique et le montage.

Image ci-dessus : Isaline Dupond Jacquemart & Mathilde Chauvel

Continuer la lecture de « Retracer notre ciel | Atelier Corps, genre, arts »

Raphaëlle Peria | Les voleurs de couleur

Dans le cadre du programme de diffusion artistique Par monts, par vaux et par… plaines d’été de la Drac Hauts de France, Raphaëlle Peria m’a invitée à écrire le texte de l’exposition itinérante qu’elle a imaginée à cette occasion et qui se concentrait sur sa série intitulée Les voleurs de couleur.

Ci-dessus: Raphaëlle Peria, Les voleurs de couleurs #6, 2020, peinture, grattage sur photographie, 24 x 32 cm. © Raphaëlle Peria / Galerie Papillon

Continuer la lecture de « Raphaëlle Peria | Les voleurs de couleur »

Laura Mulvey et le concept de male gaze

Lors de la séance du 5 juin 2019 de l’atelier “Club de lecture” du collectif Les Jaseuses, j’ai présenté le concept de male gaze développé par Laura Mulvey. La présentation que je retranscris ici a été suivie d’une discussion et ont toutes deux fait l’objet d’un compte-rendu sur le site des Jaseuses (ex-Parleuses).

Ci-dessus : Faye Dunaway dans le Bonnie and Clyde d’Arthur Penn, 1967.

Continuer la lecture de « Laura Mulvey et le concept de male gaze »

Prix Dauphine pour l’art contemporain 2019 | Nos Futurs

Ce texte a été écrit à l’occasion de la 6ème édition du Prix Dauphine pour l’art contemporain sur le thème Nos Futurs et à partir du travail de l’artiste Taylor Smith.

Ci-dessus: Taylor Smith, Ondes, 2018, cyanotypes, tirages solarfast  et sérigraphies (à motif des dessins aux bactéries kanamycin de l’artiste, photographies microscopiques du cerveau d’un rat (neurones hippocampiques) et photographie aérienne de la terre américaine polluée par des phosphates et de la mine de Rio Tinto en Espagne), papier recyclé fabriqué à la main, pigments naturels provenant de la terre française et italienne, huile de lin et Sennelier « green for oil » médium à peindre écologique sur toile, 195 cm x 130 cm. © Taylor Smith

Continuer la lecture de « Prix Dauphine pour l’art contemporain 2019 | Nos Futurs »